Tout homme doit savoir soit parler, donner ou travailler pour être utile à lui-même, à sa communauté et à son pays.

Filière fraise: renforcement

Renforcement de la coopération Nippon-Burkinabé autour de la filière fraise

L’association BELWET et l’entreprise Excel Agri du Japon entretiennent d’excellentes relations autour de la culture de la fraise. En effet lors de la dernière visite des Japonais en Octobre 2018 où il a été question de partage d’expérience, la même délégation Japonaise était encore au pays des hommes intègres ce mercredi 9 Janvier 2019 comme elle l’avait annoncé.

C’est sur le site agricole du Larlé Naaba Tigré sis à Dapelgo que la séance de travail a eu lieu aux environs de 10h. Au menu du jour, la visite sur le site d’exploitation de la fraise, une exposition sur la fraise et ses conditions de conservation…

De 0,25 ha en 2018, la superficie du champ de fraise qui a reçu la visite de la délégation en ce jour 9 Janvier 2019 était de 0,75 ha.

Ci-dessus, la délégation officielle sur le site d’exploitation de fraise.

Sous la conduite de S.E le Larlé Naaba Tigré, par ailleurs Président de BELWET, la partie Japonaise a laissé entendre sur le site que la qualité de la plante de la fraise s’évalue à travers ses racines. A cet effet, le spécialiste Japonais avance que la racine doit être de couleur blanche pour témoigner d’une bonne qualité de vie de la plante.

Toujours selon la partie Japonaise, les feuilles du fraisier illustrent également la qualité de la plante. A cet effet, il dira que si les feuilles du fraisier sont brillantes et gardent la même couleur verte du matin au soir, cela dénote d’une bonne qualité de vie de la plante. Cependant s’il y’ variation de couleur des feuilles au cours de la journée, cela traduit un besoin en engrais et d’eau.

Au niveau justement des engrais, les Japonais recommandent l’utilisation du compost qui se révèle être le meilleur fertilisant. Ils appuis cette affirmation par le fait qu’aux Etats-Unis et au Japon, l’utilisation du NPK s’est soldé par des échecs. A la question de savoir si le principe de variation des couleurs de la plante concerne uniquement les fraises, le spécialiste Japonais répond que ce principe s’applique à presque toutes les plantes surtout maraichers.

Si la partie Japonaise estime qu’il y a un retard cette saison concernant la transplantation des fraises, elle reconnait la bonne qualité des plantes et invite le promoteur pour les saisons à venir de commencer la transplantation en mi-Septembre.

En rappel, la transplantation de cette saison a eu lieu le 29 Décembre 2018.

Il faut souligner à juste titre l’important dispositif mis en place sur le site d’exploitation pour l’apport en eau des plants. En effet l’eau est pompée depuis un forage soit par un groupe électrogène, soit par un dispositif solaire et stocker dans un mini château d’eau. De ce mini château d’eau, le précieux jus est alors canalisé vers des terminaux qui sont chargés d’irriguer les plantes.

Ci-dessus, une vue des terminaux qui irriguent le champ et au fond le mini château d’eau

A l’issu de la visite du champ de fraise, le Président de BELWET, S.E le Larlé Naaba Tigré dit apprécier beaucoup la partie Japonaise dû à leurs remarques, conseils et observations.

La seconde partie de cette séance de travail consistait en une exposition du fruit de la fraise, ses produits dérivés et les accessoires utilisés pour son conditionnement. 

Ci-contre, une manière de conditionner les fraises à base du matériel recyclable. Les fraises exposées ici sont issues des champs du quartier Boulmiougou de Ouagadougou. Cette quantité (500g) ici présentée se vend à 5000 FCFA au Japon.

La seconde façon de conditionner les fraises consiste à les placer dans un bocal en plastique comme présenté ici en ci-contre et fait 250g plein de fraise et équivaut à 2500 FCFA au Japon.

Selon le Président Directeur Général (PDG) de Excel Agri, au Japon les formes de fraises et la façon de les conditionner ont des standards et il faudra faire attention quant aux formes et aux emballages quand on veut faire des cadeaux de fraise à quelqu’un.

Il poursuit en disant qu’au Japon, pour ce qui concerne uniquement le fruit de la fraise non transformé, son entreprise (Excel Agri) peut vendre dans l’année 20 000 unités de 250 g de fraise. Ce qui lui fait dans cette rubrique un chiffre d’affaires de 50 000 000.

La confiture de fraise y a été également exposée et le Président de BELWET a saisi l’occasion pour arranger un partenariat avec la partie japonaise pour la transformation des fraises en confiture. C’était également l’occasion pour BELWET à travers S.E le Larlé Naaba Tigré de commander avec la partie Japonaise 10 000 unités de bocal (image ci-dessus) en plastique pour le conditionnement des fraises. Cette commande a coûté la bagatelle de 500 000 FCFA.

A l’issu de cette exposition, le PDGde Excel Agri, M. Hideaki KATO a offert une bouteille de liqueur à base de mangue au Président de BELWET.

Ci-dessus, la remise du cadeau au Larlé Naaba Tigré à droite.

La dernière étape de cette journée de travail était consacrée à la presse. A cet effet, le PDG de Excel Agri se dit satisfait d’être encore une fois de plus au Burkina et de voir que les gens ont toujours le même engouement autour de la filière fraise. Quant à question de savoir s’il va revenir, il dit que cette question relève de la JICA (Japon International Cooperation Agency) et qu’il va entreprendre des démarches dans le but de revenir.

S.E le Larlé Naaba Tigré quant à lui a salué encore une fois la JICA pour les efforts consentis à même de permettre ces séances de travail, du donné et du recevoir.

Il est revenu sur sa qualité d’agro-business man et compte, en collaboration avec la partie japonaise, diversifier et moderniser la fraise et ces produits dérivés. En marge de cette journée de travail qui s’est déroulée ce mercredi 9 Janvier 2019 sur le site d’exploitation agricole de BELWET sis à Dapelgo, S.E le Larlé Naaba Tigré a remis la somme de un million (1 000 000) de nos francs au groupement des femmes Teeg-wend.

Laisser une réponse

Votre adresse E-mail ne sera pas publiée. Required fields are marked *