Menu

Campagne de plaidoyer

0 Comments

PARTENARIAT BELWET-UNICEF

Lancement officiel de la campagne de plaidoyer auprès des Chefs traditionnels et coutumiers en faveur des enfants

Réunis à la maison des sports et de la culture Jean Pierre GUINGANE de Ouagadougou ce 24 Septembre 2019, 100 Chefs traditionnels issus de toutes les localités du pays vont se pencher durant 48 heures sur la recherche de solutions durables en vue de venir à bout des mariages forcés, la défécation à l’air libre et la malnutrition qui sape le développement des enfants du Burkina.

En partenariat avec le bureau UNICEF Burkina Faso, le gouvernorat du Centre, l’association BELWET par cette campagnerelève une fois de plus un défi majeur en faveur de la mère et de l’enfant.

Organisée par l’association BELWET, cette campagne de plaidoyer auprès des chefs traditionnels et coutumiers du Burkina Faso en faveur des Résultats Clés pour les Enfants(KRC) était placée sous le patronage du Ministre d’Etat, Ministre de l’administration du territoire et de la cohésion sociale, sous la Co-présidence des Ministres en charge de la famille, de l’eau et de la santé, l’appui technique et financier de l’UNICEF, le gouvernorat de la région du Centre et le Parrainage de Monsieur le Maire de la commune de Ouagadougou.

Par la tenue de cette campagne, l’association BELWET aura réussi le pari d’une très forte mobilisation. En effet à l’entame des activités aux environs de 10h30, la grande salle de spectacle Jean Pierre GUINGANE était noire de monde.

L’entrée en la matière fut assurée par une troupe de danse traditionnelle, après quoi le gouverneur de la région du Centre prit publiquement la parole. Celui-ci se dit honoré de prendre la parole à l’occasion de cette campagne de lutte contre la malnutrition, le mariage forcé et la défécation à l’aire libre des enfants et reconnait que même si la région du Centre reste moins exposée à ces problèmes, force est de reconnaitre que ces phénomènes sont persistants dans les autres localités du pays. Il laisse ensuite entendre que la présence des 100 Chefs traditionnels et coutumiers témoigne de leur entière disponibilité et engagement au concours des résultats clés pour les enfants. Monsieur le Gouverneur de la région du Centre termine son allocution en invitant tout le monde à s’engager fortement autour de BELWET pour une réussite éclatante de cette campagne.

Ci-contre, M. Sibiri de Issa OUEDRAOGO, Gouverneur du Centre lors de son allocution.

A sa suite, le Secrétaire Général du Ministère de la santé, représentant Mme la Ministre de la santé prend la parole en tant que représentant des Ministres en charge de la famille et de l’eau. Il excuse tout d’abord leur absence pour raison de calendrier avant d’adresser ses vives félicitations et ses souhaits de bienvenus aux nombreux chefs traditionnels de notre pays. Il laisse ensuite entendre que cette campagne est très précieuse en ce sens qu’elle rentre dans le cadre du bien-être des enfants par la lutte contre les mariages forcés, la malnutrition et la défécation à l’air libre.

Il conclut ses propos en disant que Mme la Ministre de la santé, celui de la famille et celui de l’eau se réjouissent de la tenue de cette campagne et invite les participants à ovationner le Président de BELWET, en l’occurrence le LarléNaaba Tigré, qui est un exemple de citoyenneté. Il a souhaité bon succès aux travaux avant de quitter le parloir.

Ci-contre, le Secrétaire Général du Ministère de la santé, Dr. Lionel Wilfrid OUEDRAOGO lors de son allocution.

Le Président de BELWET, S.E le Larlé Naaba Tigré, l’initiateur de cette campagne de plaidoyer, fut la troisième personnalité à passer au parloir. A cet effet, il a débuté son allocution dans la langue Mooré en disant que la très forte mobilisation en ces lieux témoigne du respect envers nos chefs traditionnels, les autorités de notre pays ainsi qu’envers nos coutumes. Il poursuit en disant que nous sommes tous réunis ici pour le meilleur avenir de nos enfants, de nous-mêmes ainsi que du Burkina Faso. Il met en garde que si aucune action n’est entreprise pour un meilleur avenir de nos enfants, nous pourrions fort le regretter. Avant que l’intégralité de son intervention ne soit retraduite en Fulfundé, Mooré et Dioula, S.E le LarléNaaba Tigré est revenu dans la langue Française pour le reste de son discours. A cet effet il a tenu à saluer le Ministre d’Etat patron de la cérémonie, celui de l’eau, de l’action sociale, de la santé, Mme Anne Vincent représentante de l’UNICEF, Partenaire Technique et Financier (PTF), Monsieur le Gouverneur du Centre, les honorables invités, les distingués chefs traditionnels et coutumiers,.

Le lancement de cette présente campagne est l’occasion pour lui de saluer l’attention et la disponibilité des autorités gouvernementales de notre pays, dira-t-il. Il poursuit en disant dans un premier temps comprendre l’absence des Ministres Co-présidents et remercie la présence de leur représentant.

Dans un second temps, il salue l’UNICEF, partenaire Technique et Financier, pour son attention et sa fidélité dans l’accompagnement car cela fait plus de 13 ans qu’existe la collaboration BELWET-UNICEF qui s’est développé et s’est renforcé au fil du temps. C’est le lieu pour le Président de BELWET de saluer le Dr. Anne Vincent, représentante résidente de l’UNICEF qualifiée de grande personnalité dont l’attention et l’engagement en faveur du bien-être des enfants force l’admiration. Il a ensuite invité les 100 chefs traditionnels et coutumiers présents à ovationner la représentante résidente de l’UNICEF et remercier du même coup ces chefs coutumiers pour leur disponibilité et la célérité avec laquelle ils ont répondu à l’appel malgré le contexte marqué par les activités de la saison hivernale.Le Président de BELWET reconnait par la suite que réunir autant de chefs coutumiers n’est pas chose aisée car cela a nécessité l’adhésion et la bénédiction de leur Majesté leMoghoNaaba, les rois de Tenkodogo, du Yatenga, de fada N’gourma et de Boussouma ainsi que les chefs de grandes circonscription ne relevant pas de la tutelle de ces rois en l’occurrence le chef de Dori, de Bobo-Dioulasso, de Kopè, Léo et Dédougou et c’est le lieu de les exprimer sa reconnaissance pour leur adhésion, leurs conseils et leurs bénédictions.

Le Président de BELWET continue en demandant au Ministre d’Etat d’ovationner les chefs de Dori, de Djibo, de Dedougou et de Fada N’gourma qui ont bravé l’insécurité pour être présents à cette rencontre et trouve que cela traduit leur engagement total en faveur des clés de succès des enfants.

Le Président de BELWET poursuit en disant que les stratégies de développement d’un pays soucieux de son avenirreposent largement sur la recherche permanente du bien-être et de l’épanouissement des couches sociales, objet de la rencontre du jour qui s’articule autour de l’assainissement, du mariage et de la nutrition.

Pour rappel, S.E le Larlénaaba Tigré informe aux participants que le Ministère de la santé a fait de lui le Champion National pour la Nutrition et de ce fait, il prône pour l’allaitement maternel et encourage un changement de mentalité dans la nutrition des enfants précisément il contredit la sagesse qui recommande de ne pas donner des œufs aux enfants.

Dans le domaine du mariage, le Président de BELWET donne l’exemple de 2014 toujours en soutien avec l’UNICEF dans la localité de Boussé, province duKourwéogooù il y a eu des actions et à ce jour, le taux de mariage des enfants a fortement diminué.

Dans le domaine de l’assainissement, le Président de BELWET a cité le cas du Bazèga en 2015 où beaucoup de latrines ont été construites.

Toujours dans sa lancée, le Président de BELWET rappelle que le partenariat UNICEF-BELWET travaille à une meilleure implication de la chefferie traditionnelle et coutumière dans la promotion des KFC (Keys For Childern’s) et à cette belle occasion, il tient à réaffirmer son engagement à œuvrer dans le sens du renforcement de la confiance avec l’UNICEF, à travers une conduite efficiente des actions prévues dans cette campagne aux fins de la réalisation des résultats attendus.

Pour clore, le Président de BELWET rassure le Ministre d’Etat et la représentante résidente de l’UNICEF que la formation qui va suivre à l’issue du lancement de cette campagne contribuera à susciter ou à renforcer le bien-être et de l’épanouissement des enfants et des populations du Burkina Faso. Sur ce il a souhaité plein succès à cette campagne et souhaité que Dieu et les mannes des ancêtres libère le Burkina Faso de l’insécurité et le bénisse abondamment.

A la suite du Président de BELWET, Mme la représentante résidente de l’UNICEF est passée au parloir. A cet effet, elle se dit d’abord émue pour cette mobilisation et de rappeler que cette forte mobilisation est là pour répondre à l’appel de l’UNICEF, à l’appel des enfants du Burkina Faso.

Elle adresse ses remerciements aux chefs traditionnels et coutumiers en leur signifiant que s’ils sont là, c’est par leur engagement chaque jour en faveur du bien-être des enfants et les invite par la même occasion à comprendre sa joie de les recevoir dans ces lieux.

Mme la représentante résidente de l’UNICEF situe l’objet de la rencontre du jour qui concerne le mariage forcé, la malnutrition et la défécation à l’air libre des enfants.

A cet effet, elle informe aux participants qu’au Burkina Faso, plus d’un million d’enfant sont touchés par un retard de croissance et que 48 % des enfants défèquent dans la nature dont 62% sont des élèves et cela engendre de nombreuses conséquences. Face donc à cette problématique, comment y remédier ?C’est en cela que Mme la représentante résidente de l’UNICEF avance qu’avec le concours des chefs traditionnels et coutumiers, des solutions peuvent être trouvées car avance-t-elle, les chefs coutumiers jouent un rôle capital dans le développement de ce pays, et c’est le constat qu’elle a fait depuis déjà les 3 années passées au Burkina Faso.

Elle prône pour la création d’une alliance entre les chefs traditionnels et l’UNICEF pour travailler à protéger nos enfants, dira-t-elle.

C’est sur ces mots que Mme la représentante résidente de l’UNICEF dira merci à l’assemblée dans les langues Mooré, dioula et fulfundé.

Ci-contre, Mme la représentante résidente de l’UNCEF au Burkina Faso, Dr Anne Vincent lors de son allocution.

L’artiste Dez Altino est intervenu avant la prise de parole du Ministre d’Etat, Ministre en charge du territoire et de la cohésion sociale qui fut d’ailleurs la dernière personnalité dans les déclarations publiques. A cet effet, le Ministre a tenu à saluer nommément toutes les personnalités présente à cette rencontre avant de laisser entendre que quand il a vu la foule, il avait peur que les mots lui manquent.il laisse entendre par la suite quela salle, nous avons tout ce qui nous reste lorsque nous aurons tout perdu, à savoir nos coutumes et nos traditions.

Il tien ensuite à saluer et à féliciter les importants travaux de BELWET, du gouvernorat du centre et du bureau UNICEF Burkina Faso. Il salue également les chefs traditionnels et les remercie pour tout ce qu’ils font pour barrer la route au mariage forcé, à la malnutrition et à la défécation à l’air libre des enfants.

Ci-contre, le Ministre d’Etat, Minstre en charge du territoire, Siméon SAWADOGO lors de son intervention.

Le Ministre d’Etat laisse entendre que le Président du Faso depuis New York, est de cœur avec cette rencontre avant de déclarer lancée la campagne de plaidoyer auprès des chefs traditionnels du Burkina Faso en faveur des résultats clés pour les enfants.

A l’issu de ces interventions publiques, l’intégralité des allocutions ont été reprises dans les langues Mooré, dioula et Fulfudé pour une large communication.

Avant que les officiels ne se retirent pour faire place aux séances des travaux, la photo de famille a été matérialisée.

Le point de presse est intervenu après la photo de famille. A cet effet, le Ministre d’Etat, Ministre de l’administration du territoire salue la collaboration UNICEF-BELWET à travers Son Excellence leLarléNaaba Tigré et avance que la particularité de cette rencontre est qu’elle regroupe tous les chefs traditionnels du pays en vue de faire passer le message pour voir dans quelle mesure nous pouvons améliorer la condition de vie des enfants sur le plan nutritionnel, du mariage et de la défécation à l’air libre car nous savons que les possibilités existent. Il poursuit en laissant entendre que l’éducation des enfants reste la famille et prône pour que nos règles et coutumes soient revisitées et améliorées.

Ci-contre, le Ministre de l’administration du territoire et de la cohésion sociale, M. Siméon SAWADOGO lors du point de presse.

Quant à Mme la représentante résidente de l’UNICEf au Burkina Faso, elle prône pour une prise en charge efficace des enfants afin de faire d’eux des adultes qui pourront contribuer au développement de la nation, car dit-elle, la malnutrition, le mariage forcé et la défécation à l’air libre sont des maux qui minent le développement de nos enfants.

Ci-contre, Mme la représentante résidente de l’UNICEF au Burkina, le Dr Anne Vincent lors du point de presse.

Au tour de son Excellence le Larlé Naaba Tigré, Président de BELWET, il se dit très honoré de la présence de tous ces chefs traditionnels et coutumiers pour contribuer à créer des conditions d’un meilleur avenir pour nos enfants. Il salue ensuite le partenariat BELWET-UNICEF à travers la présence effective de la représentante, le Dr. Anne Vincent, le gouvernorat du Centre ainsi que les membres du gouvernement. Enfin il est convaincu que ces deux (2) jours de travaux permettrons de dégager des pistes afin de venir à bout de la malnutrition, des mariages forcés et de la défécation à l’air libre des enfants.

Ci-contre, S.E le Larlé Naaba Tigré lors du point de presse.

La fin de la cérémonie de lancement de la présente campagne de plaidoyer auprès des chefs traditionnels et coutumiers du Burkina Faso en faveur des résultats clés pour les enfants, prévue pour se tenir du 24 au 25 Septembre 2019 à la maison des sports et de la culture Jean Pierre GUINGANE a pris fin aux environs de 12h45.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *