Menu

Formation Béninoise

0 Comments

VISITE BÉNINOISE

Le Bénin se forme au Burkina pour une agriculture biologique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour paraphraser le Président Thomas SANKARA qui disait que : « Nous pouvons chercher la technologie partout où nous pourrons la retrouver… », une délégation du Benin voisin a cherché et a trouvé la technique de l’agriculture biologique au Burkina Faso.

Dans un contexte de sous-alimentation et de malnutrition qui ont pour conséquences des effets néfastes sur la santé des populations au Burkina Faso, l’association BELWET à travers son Président a entrepris depuis une décennie une démarche dans la pratique et la vulgarisation de nouvelles techniques en matière d’agriculture et d’élevage basée sur nos ressources propres.

C’est sans doute cette démarche qui a eu un écho positif au sein de la communauté Béninoise d’où leur visite d’amitié et de travail sur le site agro-sylvo-pastoral des Fermes Industrielles Burkina Sompagnimdi des Origines (FIBSO) ce jour 20 Septembre 2018.

Arrivée sur le site sis dans le village de Soglezi dans la commune rurale de Dapelgo aux environs de 14h, cette délégation forte d’une cinquantaine de personne a été accueillie à son arrivée par le Président S.E le Larlé Naaba Tigré.

 

 

 

Ici l’arrivée de la délégation Béninoise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette délégation est venue s’enquérir des réalisations agricoles biologiques du promoteur en l’occurrence S.E le Larlé Naaba Tigré et par la même occasion apprendre les techniques de fabrication de l’engrais solide et liquide bio.

 

 

 

 

Ici S.E le Larlé Naaba Tigré face aux

responsables de la délégation Béninoise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ainsi dès leur arrivée, S.E le Larlé Naaba Tigré s’est entretenu avec eux dans ces termes :

L’Afrique doit être au rendez-vous du 3è millénaire par la pratique de l’agriculture bio. Les européens ont détruit leur sol par l’usage excessif des produits chimiques et n’ont d’autres choix actuellement que d’aller voir ailleurs en l’occurrence sur le continent Africain. Si nous ne travaillons pas à relever le défi, ils viendront le faire à notre place. Il salue cette démarche Sud-sud et invite tout le monde au travail car il dit qu’au 3è millénaire, c’est l’Afrique qui doit sauver le monde par la culture bio.

 

 

Ici la délégation attentive

aux mots du Larlé Naaba Tigré.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après l’entretien, la délégation a été invitée à passer à table question de prendre des forces avant l’entame des travaux.

A la suite de cela, la délégation a pu visiter entre autres :

 

 

Ici une visite d’un champ de Mung-bean.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici les bassins piscicoles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la visite du site, la délégation s’est approprié des techniques de production des engrais bio liquides et solides et une attestation a été offerte à tout un chacun des participants.

 

 

Ici la remise symbolique d’une attestation par le

Larlé Naaba Tigré (à droite) au chargé de programme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après cette séance, la presse s’est approchée au chargé de programme pour lui arracher quelques mots. A cet effet, il dit qu’il est venu avec 38 représentants endogènes de 38 villages du Benin pour s’imprégner des techniques de culture durable et qu’après avoir fait le constat, ils sont convaincus que c’est une réalité.

 

 

Le Chargé de programme Béninois

Coco Chrysostome face à la presse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quant à S.E le Larlé Naaba Tigré, il salue la pertinence de la visite Béninoise et dit que cela démontre qu’en Afrique, nous pouvons aussi nous entre-aider. Il avance que malgré la faim, l’espoir est permis car il existe des techniques nouvelles de production de qualité et de quantité. Il se dit enfin fier que des chercheurs des pays voisins viennent s’enquérir des activités agricoles du Burkina.

 

 

S.E le Larlé Naaba Tigré

s’exprimant face à la presse.

 

 

 

 

 

 

 

 

La fin de cette visite d’amitié et de travail est intervenue aux environs de 16h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *