Menu

Mission Fada

0 Comments

BUREAU BURKINBI-BARA DE FADA N’GOURMA

Fada N’gourma se met au pas de la culture du Mung-bean

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est dans la belle cité de ‘’Yendabri’’ au siège du conseil régional sis au secteur n°2 que s’est tenue la cérémonie officielle d’installation du bureau régional de l’Est de Burkinbi-Bara pour la promotion du Mung-bean ce dimanche 17 Juin 2018.

Rappelons que l’association Burkinbi-Bara est un regroupement des producteurs de céréales à haute valeur nutritive issus des 45 provinces du Burkina. L’association est entrée officiellement en action le lundi 13 novembre 2017. Piloté par un bureau fédéral de 25 membres avec pour Président national S.E le Larlé Naaba Tigré, l’association se fixe pour défi de relever la faim, la pauvreté et le chômage « en contribuant au développement de l’agriculture, de l’élevage, des ressources en eau, de l’hygiène, de l’assainissement dans un environnement résilient aux aléas climatiques ».

Partit de Ouagadougou depuis le palais royal sis à Larlé aux environs de 7h30, la délégation conduite par S.E le Larlé Naaba Tigré arrivera à Fada N’gourma à 11h20. Sur une distance aller de 220 km, n’eut été la circulation à l’intérieur de Ouagadougou et le tronçon Koupéla – Fada, la délégation serait arrivée plus tôt.

Accueillie depuis l’entrée de la ville par les membres de Burkinbi-Bara, S.E le Larlé Naaba Tigré et sa suite se sont dirigés d’abord chez le roi Koupendiéli du Gourma pour une visite de courtoisie et aussi demander son autorisation et ses bénédictions pour les travaux qui seront menés.

Le roi n’étant pas personnellement présent, ses représentants ont favorablement accueillie les illustres hôtes et s’informer du motif de leur visite. C’est ainsi que l’eau de bienvenue a été offerte aux invités.

 

 

 

 

Ci-contre, l’arrivée de S.E le Larlé Naaba Tigré

au palais royal de Fada N’gourma.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ci-contre, l’eau de bienvenue offerte à S.E le Larlé Naaba Tigré.

 

 

 

 

 

Il était 11h50 quand la délégation est arrivée au siège du conseil régional de l’Est où la cérémonie devait avoir lieu. La salle de conférence du conseil régional était pleine de monde venu assister à la cérémonie.

Côté officiels, il y avait le représentant du Président du conseil régional, le 2ème Adjoint au Maire de la ville et le représentant du Directeur régional de l’agriculture, et des aménagements hydrauliques.

 

 

 

 

Ci-contre au 1er plan une vue des officiels

et personnes ressources.

 

 

 

 

 

 

 

Le représentant du Maire de Fada fut le 1er à prendre la parole. Aussi bref et précis, il a excusé l’absence du Maire, a salué l’initiative de la présente cérémonie et a souhaité une bonne suite des travaux.

 

Le 2ème Adjoint au Maire de la ville de Fada

pendant son mot introductif.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après le 2ème Adjoint au Maire de la ville de Fada, ce fut le tour du représentant du Directeur régional de l’agriculture et des aménagements hydrauliques de prendre la parole.

Se basant sur des données quantitatives, celui-ci a fait savoir en substance que la région de l’Est, concernant la campagne 2017-2018 a enregistré au total 10 tonnes de production de Mung-bean. Il a saisi l’occasion pour saluer l’initiative très fertile de S.E le Larlé Naaba Tigré et féliciter l’association Burkinbi-Bara de l’Est pour la réussite de cette réunion.

Revenant sur le Mung-bean, il a laissé entendre que la restauration de la fertilité des sols par la plante de Mung-bean grâce à sa fixation d’azote est un grand atout et qu’il faut surtout accentuer la formation sur les techniques culturales au niveau des femmes.

Il a enfin assuré l’accompagnement de son département aux présentes initiatives et a souhaité une bonne campagne agricole 2018-2019.

 

 

Le représentant du Directeur régional de l’agriculture

et des aménagements hydrauliques à la tribune.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La coordonnatrice régionale pour la promotion du Mung-bean dans la région de l’Est a succédé au représentant du Directeur régional de l’agriculture et des aménagements hydrauliques au parloir. Elle s’est excusée d’abord pour les imperfections que l’assistance viendrait à remarquer dans l’organisation car les organisateurs n’ont pas eu suffisamment de temps dira-t-elle.

Elle a tenu ensuite à saluer l’engagement du Président national de Burkinbi-Bara, S.E le Larlé Naaba Tigré pour ses actions d’éveil de conscience des populations ainsi que ses actions salvatrices en faveur du pauvre, de la veuve et de l’orphelin. Elle avance qu’aucun développement n’est possible sans engagement et trouve cette cérémonie dans la cité de ‘’Yendabri’’ une belle opportunité donné aux producteurs de s’engager résolument dans la culture du Mung-bean car elle y voit une occasion d’améliorer la sécurité alimentaire.

En seulement une année de production, la région de l’Est a obtenu de bons resultats, preuve que la région peut mieux faire. Elle a formulé les vœux d’un agréable séjour à S.E le Larlé Naaba Tigré, invité ce dernier à orienter encore plus sa vision vers la région de l’Est et exhorté le public à avoir une oreille attentive aux mots du Président national.

 

 

La coordonnatrice régionale de Burkinbi-Bara dans la région

de l’Est Mme Wambo Aminata au parloir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après l’allocution du point focal de la région de l’Est, ce fut le tour au champion national de la nutrition, S.E le Larlé Naaba Tigré de prendre la parole.

Il a dit d’abord ses remerciements les plus sincères au roi Koupendiéli de Fada N’gourma pour son autorisation à tenir cette séance de travail dans sa belle cité et a demandé au public de l’ovationner.

Il a ensuite salué l’intervention pertinente et profonde de la coordonnatrice régionale. Cherchant difficilement ses mots, S.E le Larlé Naaba Tigré se dit heureux d’être parmi cette illustre assemblée en ce jour et précise que la raison de sa venue est la mise en place du bureau de l’Est de Burkinbi-bara.

« Depuis une décennie, je suis dans une croisade de lutte contre la faim et la pauvreté et je suis convaincu que chacun peut apporter sa contribution » dira-t-il. Il avance que lever la faim et la pauvreté demeure avant tout un devoir personnel de chacun de nous.

Il est revenu sur le courage et la force tranquille de la coordonnatrice de l’Est. A cet effet, il dira qu’initialement prévue pour une émission radio, ensuite une émission télé, c’est finalement en face des producteurs qu’il se retrouve et compte tenu aussi du fait de l’accord et de l’engagement du roi de Fada, qu’il est décidé à œuvrer dans la région de l’Est.

S’exprimant exclusivement en langue française, les propos de S.E le Larlé Naaba Tigré étaient de temps à autre repris dans la langue locale (Gourmantché).

Revenant sur son sujet de passion, S.E le Larlé Naaba Tigré dessine son parcours à travers Banfora-Bobo-Tougan-Toma-Yako-Ouahigouya-Po-Tiébélé et maintenant Fada. Il ne compte pas s’en arrêter là, son périple va continuer dans le Sahel et un peu partout car il est convaincu que si le Mung-bean a pu sauver l’Inde qui a une population d’un milliards trois cent mille habitants, la Chine avec un milliards quatre cent mille habitants, ce n’est pas le Burkina Faso avec une population de vingt millions que le Mung-bean ne peut pas sauver.

Revenant sur les avantages de cette légumineuse, il souligne le caractère résilient de cette plante, sa forte rentabilité, sa capacité à fixer l’azote, sa teneur en vitamines et son caractère alicamenteux en font une culture exceptionnelle. Il est également revenu sur l’histoire de l’introduction du Mung-bean au Burkina Faso à travers le docteur Drabo Issa et affirme que pour cette saison hivernale, 20 tonnes de semences ont été distribuées et les attentes de production à la fin de la saison sont de l’ordre de 6000 – 20 000 tonnes. A ce propos il a rassuré les producteurs sur les réseaux d’écoulement des productions en disant que grâce à l’existence de 3 banques partenaires et l’armée, toutes les récoltes seront rachetées ce qui a valu des ovations de la part du public.

 

 

 

Le Président national de Burkinbi-Bara, S.E le Larlé Naaba Tigré

lors de son allocution solennelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ci-contre, le public attentif à l’intervention du Président national.

 

 

 

 

 

Le Burkina Faso ne pourra pas se développer ni par les mines d’or ni par les mines de manganèse mais uniquement par l’agriculture et l’élevage. Pour cela, il faut que parmi les riches du pays, on compte des agriculteurs et des éleveurs milliardaires.

C’est ainsi que depuis qu’il a abandonné la politique après 22 années de députation non discontinue, il n’a cessé de chercher et proposer des solutions agricoles et de l’élevage à travers le pays. Il est revenu sur l’anecdote que tout être humain doit savoir faire trois choses :

 

  • Il faut savoir parler pour être utile à soi-même, à sa communauté et à son pays. A défaut de savoir parler ;
  • Il faut savoir donner pour être utile à soi-même, à sa communauté et à son pays. Si cela n’est pas faisable ;
  • Il faut savoir travailler pour les mêmes utilités.

Celui qui n’arrive pas à accomplir au moins une chose parmi ces trois constitue non seulement un poids pour lui-même, pour sa communauté mais aussi pour son pays.

Il ajoute par ailleurs que toute entreprise humaine est forcément confrontée à des difficultés. Vous êtes toujours opposés à ceux qui doivent faire comme vous mais qui ne le font pas, ceux qui veulent faire comme vous mais qui ne peuvent pas et enfin ceux qui ne font rien.

S.E le Larlé Naaba Tigré a terminé ses propos en se disant très fier des paysans de l’Est. Il a remercié les autorités régionales, locales et communales. Il a par ailleurs salué la présence très importante des notables et prié que Dieu élève chacun au firmament de son destin.

Il était 13h10 quand le Président national de Burkinbi-Bara a fini son intervention. Il a fallu ensuite passé à la séance de question réponse.

Au total 11 questions ont été recensées et concernaient les techniques culturales du Mung-bean, l’emploi des insecticides, la formation sur la fabrication d’engrais liquide et solide, l’accompagnement des producteurs, les questions d’eau, etc.

Des réponses aux questions:

Concernant les techniques culturales du Mung-bean et la formation, S.E le Larlé Naaba Tigré avance que toutes les terres peuvent être exploitées sauf les marécages. Il faut semer le Mung-bean comme on sème le maïs (1-2 graines par poquet) et les écartements sont de 80cm entre les lignes et 40cm entre les poquets. Aussi la technique culturale basée sur le goutte-à-goutte reste de loin la meilleure pratique et la conservation des grains de Mung-bean se fait dans des sacs à double fond.

Pour l’usage des insecticides, avec l’appui technique de M. Idrissa MANDO du laboratoire de Fada, au 14ème jour après les semis, il faut utiliser le Titan. Entre le 25ème et le 30ème jour, il faut utiliser le Pacha ou le deltacal ou le Cypercal T20. Le dosage pour tous les produits est 1 litre / ha.

Pour la fabrication des engrais liquide et solide, S.E le Larlé Naaba Tigré est revenu longuement sur le procédé mais avec la coordonnatrice sur place, tous les détails peuvent être obtenus à son niveau.

Concernant l’accompagnement des producteurs, S.E le Larlé Naaba Tigré affirme qu’il est en relation avec les caisses populaires et que la condition est d’adhéré à l’association Burkinbi-Bara. Ainsi, les producteurs peuvent bénéficier de crédit en espèce, des motos pompes etc. Il avance que sa modeste personne a offert depuis cette année une vingtaine de forage et en ce qui concerne les barrages et retenue d’eau, une requête peut être introduite au niveau de l’Etat.

Signalons au passage qu’il y a eu des témoignages des participants sur le bon rendement du Mung-bean et pour la circonstance, ceux qui n’avaient pas encore vue le Mung-bean ont eu l’occasion de le découvrir non seulement dans la salle mais également avec l’exposition des produits BELWET prévue à cet effet.

Il était 14h10 quand toutes les questions ont été épuisées et il fallait répondre aux questions des journalistes.

 

 

S.E le Larlé Naaba Tigré, Président national

de Burkinbi-Bara s’entretenant avec la presse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Face à la presse, S.E le larlé Naaba Tigré dira que le Mung-bean est une culture bénie du fait de ses qualités nutritionnelles, rémunératrices et du fait de sa fixation d’azote entre autres. Il a salué le travail du bureau régional de Burkinbi-Bara de Fada et les exhorte à continuer à sensibiliser d’avantage les agriculteurs et les encourager à employer l’agroforesterie.

Par rapport aux doléances soulevées, S.E le larlé Naaba Tigré assure que la direction régionale de l’agriculture de l’Est, l’association Burkinbi-Bara et le réseau des caisses populaires du Burkina sont disposés pour les accompagnements et qu’il appartient aux paysans de rester fidèle à leur organisation.

Quant à la question de savoir si les agriculteurs de l’Est vont adhérer à la cause, S.E le larlé Naaba Tigré avance qu’outre les résultats agricoles engrangés l’année écoulée, l’ambiance durant les échanges et les questions posées démontrent l’intérêt et l’adhésion des agriculteurs à la cause.

La coordonnatrice régionale de l’Est est ensuite passée devant la presse. Aux questions posées, elle a laissé entendre que la saison écoulée, ½ tonne de semences ont été utilisées pour donner 10 tonnes à la récolte. Pour la campagne agricole 2018-2019, c’est au total 5 tonnes de semences qui ont été introduites et que chacune des provinces de la région a eu sa part de semence.

Quant à savoir la mission qui lui est assignée, la coordonnatrice répond qu’ils doivent travailler à ce que les conditions de vie des producteurs changent. Par ailleurs, le fait qu’elle soit de sexe féminin constitue un handicap mais elle demeure engagée et souhaite la construction d’un magasin de stockage.

 

La coordonnatrice régionale de Burkinbi-Bara de l’Est,

Mme Aminata WAMBO face à la presse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un producteur a clôturé cette séance de question-réponse. Du nom de Yonli Pierre, il dit que l’année passée il a exploité 10 hectares de coton et a récolté 5,190 tonnes. Ses pertes pour cette production de coton se sont élevées à un million de francs CFA. Il dit que cette année il a entendu parler du Mung-bean et c’est cet engouement autour de cette culture qui l’a poussé à adhérer. Il dit qu’il est déjà prêt cette année avec 1 hectare qu’il veut étendre jusqu’à trois.

 

Le producteur du Mung-bean Pierre YONLI face à la presse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La délégation de S.E le Larlé Naaba Tigré a quitté Fada aux environs de 17h pour la destination de Ouagadougou.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *