Tout homme doit savoir soit parler, donner ou travailler pour être utile à lui-même, à sa communauté et à son pays.

Fabrication aliment bétail

Journée de formation pour BELWET à la fabrication d’aliment amélioré pour bétail

Stimuler la production en quantité et en qualité du lait des vaches, améliorer le rendement de la chair bovine, tels sont les objectifs recherchés avec cette journée de formation à la fabrique d’aliment amélioré pour bétail ce mardi 24 mars 2020 sur le site Agro-sylvo-pastoral de BELWET à Dapelgo. Assurée conjointement par l’ingénieur Canadien en économie agricole et la Direction générale de la production animale, l’on retiendra de cette formation pratique qu’il faut disposer de 400 kg de fourrage broyé, 20 kg d’urée perlée diluée dans 400 litres d’eau. Il faut ensuite asperger le liquide sur le fourrage de sorte à obtenir un mélange humidifié de 30 à 40%. Le tout doit finalement être compacté et recouvert pendant 14 jours.

Ce mardi 24 Mars 2020, il était 11h00 quand l’équipe de communication mis pied à terre sur le site Agro-sylvo-pastoral de BELWET sis dans la commune rurale de Dapelgo sous un soleil brûlant.

A l’arrivée, tous les responsables de la formation étaient déjà sur place en compagnie du Président de BELWET.

Les responsables de la formation sont constitués de deux (2) agents du Ministère des ressources animales et halieutiques à travers la Direction Générale de la production animalière, d’une chargée de l’élevage en milieu rural, de l’ingénieur Canadien et bien sûr du Président de BELWET.

Après la prise de contact avec l’équipe de communication, il fallait directement aller à l’essentiel. A cet effet et dans un premier temps, le cap est mis vers l’unité automatisée de broyage de la paille.

A ce niveau, il est bon de savoir que la paille utilisée pour le broyage est de la famille de « l’andropogon gagnanus ». La machine broyeuse à une fréquence moyenne de 20 kg de paille par minute correspondant à un sac de foin. Le foin ainsi obtenu par broyage est ensuite conditionné dans des sacs de 20 kg comme en témoigne l’image ci-dessus.

Rappelons que pour les besoins de la formation à la fabrication de l’aliment amélioré pour bétail, 21 sacs de 20 kg dont 400 kg de foin ont été nécessaires.

Après l’étape de l’unité automatique de broyage, rendez-vous sur le plateau préparé à cet effet. Il faut noter à ce niveau que le plateau est une infrastructure construite sous forme de terrassement en pente comme le montre l’image suivante.

Tous les 21 sacs de foin obtenus par broyage ont ensuite été déversés sur le plateau technique. Pendant ce temps, le liquide devant servir pour le mouillage du foin était en préparation et consistait à disposer de 4 barriques pleines d’eau ordinaire de sorte à former 400 litres d’eau. Dans ces 400 litres d’eau, il faut ensuite disposer de 20kg d’urée perlée qui seront diluées dans cette quantité d’eau.

Après la préparation de cette solution, il faut maintenant humidifier le fourrage broyé avec la solution obtenue de sorte à avoir 30 à 40% de fourrage mouillé.

Après l’étape de mouillage, vient celle du compactage. En effet après avoir suffisamment mouillé les 400 kg de fourrage broyé, il faut maintenant disposer horizontalement tout le mélange et passer à la phase de compactage.

Après la phase de compactage, vient la dernière étape qui consiste à recouvrir l’ensemble compacté avec une bâche imperméable durant 14 jours. C’est à l’issue des 14 jours de couverture qu’on obtient l’aliment amélioré pour bétail.

L’on retiendra que deux (2) heures de temps ont été nécessaires pour cet atelier de formation à la fabrication d’aliment amélioré pour bétail, car il était 13h lorsque le point de presse est intervenu.

A cet effet, le Directeur de la production animalière fut le premier à être interviewé et à la question de comment appeler ce procédé, l’intéressé répond en disant que c’est le traitement de la paille à l’urée qui est une technique consistant à traiter le foin de façon à améliorer sa qualité nutritive.

A la question de l’importance de cet aliment amélioré, le directeur laisse entendre que cet aliment augmente de 20% la consommation du bétail et permet également une meilleure assimilation (digestion) par l’animal.

Concernant le problème d’alimentation des producteurs, le Directeur avance que le principal problème de l’élevage c’est l’alimentation, car selon lui quand un animal est malade on peut rapidement faire le diagnostic, trouver le mal et le soigner. Cependant il déplore l’absence d’aliment pour bétail et avance que même quand il y en a, c’est avec peu de qualité.

A la question de la disponibilité de cette technique, l’interviewé répond en disant que c’est une technique qui existe depuis 1995 et qui est enseignée à l’Ecole Nationale d’Elevage. Cependant il laisse entendre que son application sur le terrain est difficile du fait que les producteurs ont du mal à respecter les dosages prescrits et à cela s’ajoute aussi le fait que certains animaux dits « monogastriques » à l’image de l’âne et du veau ne doivent pas en consommer sous peine de mourir immédiatement.

Le Directeur Général de la production animale, M. Issa SAWADOGO lors du point de presse

A la suite de l’intervention du Directeur Général de la production animale, ce fut le tour de l’ingénieur canadien de consacrer à ce rituel. A cet effet et à la question de se présenter, il dit se nommer Guy DUCHARME du Québec et il est spécialiste agronome. Il avance disposer de certaines connaissances dans beaucoup de choses, ce qui lui a permis de donner son coup de main sur ce que le Larlé Naaba Tigré fait.

A la question de la technique de la paille améliorée, le spécialiste agronome laisse entendre que l’idée derrière cette technique est qu’avec l’urée on peut améliorer le produit de base qui est la paille et qui n’a presque pas de valeur alimentaire.

Avec l’urée poursuit-il, on augmente la digestibilité ainsi que la matière azotée du produit, qui vont permettre aux animaux de mieux manger et avec une alimentation de qualité.

A la question de revenir sur le processus de fabrication de l’aliment, l’interviewé dit que concernant la recette de base, il a utilisé 5 kg de paille broyée, 5 kg d’eau et 5 kg d’urée et qu’après mélange, il constate que ce n’est ni trop humide ni trop sec, ce qui est recommandé. Il faudra maintenant selon lui attendre 2 semaines pour que la paille absorbe l’urée avant l’utilisation.

Le spécialiste agronome Québécois, M. Guy DUCHARME lors du point de presse

La dernière personnalité à consacrer à cet exercice fut le Président de BELWET, par ailleurs initiateur de cette journée de formation. A cet effet et à la question de pourquoi cette technique de la paille à l’urée, l’interviewé laisse entendre qu’il a un statut d’agriculteur et d’éleveur au Burkina Faso et ça l’intéresse d’adopter les meilleures pratiques qui permettent l’amélioration de la chair et du lait, car il compte atteindre un taux de production de centaines de litres par jour contre 85 litres de lait par jour actuellement.

Par la suite, S.E le Larlé Naaba Tigré dit qu’il a appris ce jour avec M. Guy DUCHARME comment améliorer la valeur nutritive du fourrage qui n’est qu’un bourre ventre et qu’à partir de maintenant, il va augmenter la qualité et la quantité du lait et de la chair des bœufs.

Il laisse entendre que sur le site, il y a une unité de production du lait mais également une unité d’embouche qui permet d’avoir des résultats en deux mois. Avec cette technique qui est nouvelle pour lui, il trouve que cela va raccourcir le temps. C’est pour cette raison qu’il a organisé cette formation avec des techniciens pour non seulement pour son site mais aussi pour tous les autres producteurs car il compte vulgariser cette technique.

L’initiateur de la formation, S.E le Larlé Naaba Tigré lors du point de presse

Il était 13h30 ce 24 Mars 2020 à Dapelgo quand prenait fin cette journée de formation à la fabrique d’aliment amélioré pour bétail dite de « Traitement de la paille à l’urée » et qu’il fallait regagner Ouagadougou distante d’une cinquantaine de km.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *