Tout homme doit savoir soit parler, donner ou travailler pour être utile à lui-même, à sa communauté et à son pays.

Échange éducative des femmes de BELWET


Les femmes de BELWET à l’école de la santé sexuelle et reproductive

Les femmes de l’association BELWET n’entendent pas rester en marge des questions de santé sexuelle et reproductive. C’est à cet effet qu’elles se sont réunies en grand nombre ce Mercredi 15 Janvier 2020 dans le quartier Larlé de Ouagadougou en collaboration avec l’association « Malgue Zanga Laafi la Boumbou » pour une causerie éducative sur les bonnes mesures et pratiques à adopter afin d’éviter les infections génitales qui connaissent actuellement une recrudescence au sein de la gent féminine.

Depuis 7h30 du matin en ce mi-mois de Janvier de cette nouvelle année 2020, le lieu prévudans le quartier Larlé pour mener l’activité éducative des femmes sur la santé sexuelle et reproductive enregistrait déjà des arrivées des femmes venant de toutes parts.

Aux environs de 8h45, la cour abritant l’activité était pleine de femmes qui s’attelaient à des causeries et à de petits commerces propres à ces genres de rassemblement.Pour certainement être prêts avant le démarrage des activités, les animateurs avaient disposé un tableau face au public et sur lequel l’un des animateurs faisait un croquis de l’appareil génital féminin.

C’est le lieu de rappeler que cette activité sur la santé sexuelle et reproductive des femmes avait 4 sous points qui seront développés à savoir la forme et le fonctionnement normal de l’appareil génital féminin, les portes d’entrée des infections féminines, les signes de danger des femmes enceintes ainsi que les cancers.

Il fallait attendre finalement à 9h et quarts pour voir l’arrivée du Président de BELWET en l’occurrence S.E le Larlé Naaba Tigré et sa délégation sur les lieux. A cet effet les femmes avaient formé une haie d’honneur depuis la porte d’entrée pour accueillir les officiels.

La question que l’on pouvait se poser, c’est pourquoi démarrer cette nouvelle année 2020 avec une activité relative à la santé sexuelle et reproductives des femmes ? L’on saura la réponse plus tard par le formateur qui laissera entendre qu’il y a une flambée des infections génitales féminines à caractère mondial en ce moment.

S’il y a une chose qu’il faut également noter, c’est l’engouement des femmes lors de l’arrivée du Président de BELWET. En effet elles s’étaient toutes mises débout et procédaient à des applaudissements nourris et des cris par séquence jusqu’à l’installation des officiels.

Après s’être installé et avoir reçu les hommages traditionnels des femmes à travers une représentante, le Président de BELWET pris la parole.

S’exprimant entièrement dans la langue Mooré, le Président de BELWET après avoir pris la parole laisse entendre qu’il est là ce matin pour souhaiter aux femmes une bonne année et de poursuivre en disant qu’il est ému à la vue de cette mobilisation, suivi d’acclamations des femmes.

Il poursuit en disant qu’il y’a de cela 17 ans qu’il a pris un choix délibéré de venir en aide aux femmes et que personne ne pouvait imaginer que cela allait atteindre cette ampleur à ce jour. Il souhaite cependant voir augmenter encore d’avantage le nombre de femmes ainsi que l’accroissement des aides afin que les femmes puissent à leur tour venir en aide à leurs maris et enfants, ce qui a valu des cris et des ovations des femmes.

Par la suite, le Président de BELWET informe au public que cette année 2020 sera célébré son trentième année de règne et pour cela il rend grâce à Dieu, au Mogho Naaba ainsi qu’aux populations. C’est le lieu pour lui de rappeler que durant son règne, il a embrassé presque tous les domaines d’activité si bien que l’UNICEF (Fonds des Nations Unis pour l’Enfance) l’a distingué unique en son genre en Afrique, d’où l’ovation des femmes.

Il explique cela par la mobilisation de 100 Chefs traditionnels et coutumiers sous sa bannière et en collaboration avec l’UNICEF les 24 et 25 Septembre 2019 pour se pencher sur les questions des mariages forcés, de la défécation à l’air libre ainsi que la malnutrition qui sapent le développement des populations. C’est le lieu pour lui de plaider sur place et conformément aux recommandations de la commune de Ouagadougou quant à la diminution de la consommation du sucre et profite inviter les uns et les autres à la consommation diversifiée du Mung-bean pour leur bien-être.

Il fait ensuite savoir qu’aujourd’hui il y a des agents de santé qui sont là pour échanger avec les femmes et saisi l’occasion pour dire ses remerciements à ces agents.

Revenant sur ses 30 années de règne, le Président de BELWET informe que pour l’occasion,  un symposium sera organisé au Conseil Burkinabè des Chargeurs (CBC) le vendredi 24 Janvier 2020 et qui sera animé par un Professeur Sénégalais du nom de Moustapha SALL et qui portera sur l’intérêt des différentes langues pour le développement d’un pays.

Il explique cela par le fait que lui-même soit promoteur d’un ouvrage sur les nouvelles techniques culturales à travers la fabrication des engrais liquides et solides bio, ouvrage qui sera traduit en 8 langues locales en plus du français. La dédicace de cet ouvrage aura lieu le 25 Janvier 2020 sous le Parrainage du Ministre de l’agriculture.

Toujours au titre des informations, le Président de BELWET laisse entendre qu’il va mobiliser des fonds au mois de Mars de cette année pour les responsables des femmes de BELWET pour qu’elles organisent une activité dans un lieu qu’elles auront la liberté de choix, d’où l’acclamation des femmes.

Il ambitionne également au cours de cette année de réaliser une école de la tradition à effet de mettre en valeur nos acquis traditionnels qui existaient bien avant l’arrivée du colon.Il explique cela par le fait que la limitation des naissances prônée par les occidentaux est néfaste, de même que les mariages homme-homme, femme-femme, homme-animal qui sont des pratiques sataniques à bannir.

Pour terminer, le Président de BELWET souhaite encore une bonne année à toutes les femmes, l’accomplissement de leurs vœux, la bénédiction de leurs enfants et maris ainsi que la paix pour le pays.

A l’issue de l’intervention du Président de BELWET, les femmes ont tenu à lui offrir un présent constitué d’un pagne traditionnel.

Le point de presse s’est invité à l’issu de la remise du cadeau à S.E le Larlé Naaba Tigré. A cet effet et face à la question du jour, celui-ci laisse entendre qu’il a saisi cette occasion où les femmes devaient se retrouver pour travailler ensemble sur les infections génitales féminines pour leur souhaiter ses vœux de nouvel an mais également pour leur sensibiliser sur le mariage précoce des jeunes filles, sur la défécation à l’air libre ainsi que sur la nutrition qui sont 3 thèmes qu’il travaille en collaboration avec l’UNICEF sur le territoire national. Il poursuit en sensibilisant également sur la consommation abusive du sucre, la pratique du sport, le vivre ensemble ainsi que la foi dans nos traditions ancestrales.

Répondant à la question des chantiers de 2020, le Président de BELWET laisse entendre que le vendredi 24 Septembre 2020 il sera organisé un symposium sur les « Langues et Développement », il y a aussi la dédicace du livre « Le Larlé Naaba contre la faim… » qui se tiendra le samedi 25 Septembre au CBC.

A cela s’ajoute son ambition de donner des fonds aux femmes pour qu’elles organisent une rencontre car cela fait maintenant 17 ans qu’il travaille avec ces milliers de femmes qui ont décidées d’être avec lui pour bénéficier d’aide financière afin de subvenir aux besoins de leur famille, de leur enfants et du développement du Burkina Faso.

Ci-contre, le Président de BELWET, S.E le Larlé Naaba Tigré lors du point de presse.

La seconde personnalité à se prêter aux questions fut l’agent de santé chargé de la formation. A cet effet et à la question sur la rencontre du jour, le Maïeuticien d’Etat laisse entendre que cette rencontre se veut une causerie éducative qui va porter sur la flambée des infections génitales qui a un caractère mondial en ce moment, qui se traduit par l’accroissement exponentiel du nombre de cas des infections sexuellement transmissible. Il poursuit en disant que ce constat est une préoccupation mondiale qui amène les pays à prendre des mesures pour contrer ce phénomène. C’est pour raison, poursuit-il, qu’ils ont décidé de rencontrer les femmes pour échanger avec elles sur les bonnes mesures et pratiques pour éviter ces infections.

Répondant à la question sur le déroulement concret de cette causerie, le Maïeuticien laisse entendre que les échanges vont consister premièrement à voir la forme et le fonctionnement normal de l’appareil génital féminin, suivi de l’étude des portes d’entrées  des infections.

Il justifie cela en laissant entendre que la plupart des femmes pensent que les portes d’entrée des infections se limitent à celles connues traditionnellement, à savoir par voies sexuelles. Or, poursuit-il, ces infections peuvent être contractées par des gestes banales de la vie de tous les jours.

Troisièmement, les échanges porteront sur les signes de danger que peut avoir une femme lors de sa grossesse ainsi que les mesures préventives et les gestes d’urgences à observer pour lui sauver la vie.

L’agent de l’agent de santé formateur conclut en disant que c’est tous ce qui est rapport avec les questions de santé sexuelle et reproductive, notamment les cancers qui seront ratissées lors de ces échanges.

Le Maïeuticien formateur, M. Mikael BOGLO au micro en compagnie de la responsable de l’association Malgue Zangua laafi la Boumbou, Mme ZIDOUEMBA/NACOULMA Amzetou lors du point de presse.

La représentante des femmes de BELWET a clos avec le point de presse. A cet effet et face à la question du jour, elle répond dans la langue Mooré pour dire que c’est une grande joie qu’elles ont suivi toutes les interventions. Que cela lui va droit au cœurs et partant avec l’ensemble des femmes de BELWET.

Elle justifie cela en avançant qu’elles n’ont pas l’habitude de mener de telles activités à même de les permettre d’avoir des éclaircissements sur certaines choses. C’est l’occasion pour elle et au nom de toutes les femmes de BELWET de remercier les responsables pour cette initiative.

Répondant à la question sur les aides, la représentante laisse entendre que BELWET les a toujours aidés de par le passé, cependant elles comptent toujours sur leur soutien car selon elle, l’on ne finit jamais d’avoir besoin d’aide.

Concernant les fonds qui les seront alloués pour l’organisation de leur future rencontre, la représentante des femmes répond qu’une fois les fonds mobilisés, elles de leur côté vont mobiliser massivement les femmes pour la circonstance.

Ci-contre la représentante des femmes de BELWET, Pauline OUEDRAOGO lors du point de presse.

Il était 10h30mn en cette matinée de Mercredi 15 Janvier 2020 dans le quartier Larlé quand le Président de BELWET avec la délégation qui l’accompagnait se retiraient pour faire place aux échanges proprement dits sur la santé sexuelle et reproductive de la femme.



Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *